La rééducation Vestibulaire

Généralités

L’orthoptie est une profession paramédicale, qui se pratique sur prescription médicale.

Le rôle de l’orthoptiste est le dépistage, la rééducation, la réadaptation et l’exploration fonctionnelle des troubles de la vision.

La prise en charge

L’orthoptiste est conventionné par la caisse primaire d’assurance maladie ; remboursement 60% par la CPAM et 40% par la mutuelle. Mais il peut être amené à pratiquer des actes hors nomenclature (pas de remboursement possible par l’assurance maladie) pour lesquels une facture sera établie.

Présentation de l’orthoptiste spécialisé en rééducation vestibulaire.

Posturographie

La rééducation vestibulaire se déroule en plusieurs phases.
Tout d’abord un bilan d’une durée de 1 heure au cours duquel nous déterminons l’importance du déficit vestibulaire sur le retentissement de l’équilibre du patient par différents tests :

  • Une mesure objective de l’équilibre statique et dynamique du patient sur plateforme de posturographie.
  • Une mesure objective du système visuel et de la possibilité du patient de compenser le défaut vestibulaire : réalisation d’un bilan orthoptique.
  • Des tests subjectifs : le sujet est soumis à différents tests testant les différentes entrées sensorielles (vision, vestibule, proprioception, capteur mandibulaire, entrée podale).

Les conclusions du bilan nous permettent d’envisager ou non des séances de rééducation, et permet de définir le type de prise en charge.

Les séances de rééducation proprement dites, chaque séance dure environ de 20 à 30 minutes et nous travaillons :

  • la compensation visuelle (rééducation oculomotrice et renforcement de la fixation oculaire : travail de poursuite, saccades, amplitude de convergence….)
  • Reeducation vestibulaire
  • la compensation proprioceptive (travail postural sur tapis mousse, trampoline, stepper…)
  • la compensation vestibulaire (épreuve au fauteuil rotatoire)
  • la stimulation optocinétique permet de travailler sur la dépendance visuelle
  • des exercices de biofeeback sur plateforme

Vour pourrez en cliquant ici en savoir plus sur les Rééducateurs Vestibulaire de Toulouse avec nous travaillons

Les actes pratiqués selon notre décret de compétence

L'orthoptiste établit un bilan des déséquilibres oculomoteurs qui comprend :

  • le diagnostic orthoptique
  • l'objectif et le plan de soins
  • le dépistage du nourrisson
  • a rééducation des personnes atteintes de strabisme, d'hétérophories, d'insuffisance de convergence ou de déséquilibres binoculaires
  • la rééducation des personnes atteintes d'amblyopie fonctionnelle
  • la rééducation de la vision fonctionnelle chez les personnes atteintes de déficience visuelle d'origine organique ou fonctionnelle

Les explorations fonctionnelles :

  • le champ visuel manuel (ex: pathologie neurologique)
  • le champ visuel automatique (ex: dépistage et suivi de Glaucome)
  • L’exploration de la vision des couleurs (dépistage du daltonisme, suivi dans le cadre de traitements médicamenteux…)
  • L' interprétation des résultats reste de la compétence du médecin prescripteur.

Quelques explications

Le strabisme est une déviation de l’œil (en dedans en convergence, en dehors en divergence et /ou associé à une verticalité). Chez l’enfant, le cerveau va supprimer l’image de l’œil dévié pour éviter la diplopie (vision double) ce qui peut entrainer une amblyopie. Les traitements du strabisme peuvent être optique (lunettes), rééducation orthoptique, et parfois chirurgie (par l’ophtalmologiste).

L’amblyopie c’est une mauvaise vision d’un œil (ou des deux) malgré une correction optique bien adaptée. Ca concerne environ 10 % des enfants. Les causes les plus fréquentes sont : le strabisme, l’anisométropie (différence entre les 2 yeux), mais aussi la cataracte congénitale…Plus la prise en charge sera précoce meilleure sera la récupération de l’acuité visuelle. D’où l’importance d’un dépistage le plus tôt possible. Pris en charge avant 6 ans, l’enfant peut récupérer 10 /10. Le traitement sera en fonction de l’importance de l’amblyopie de départ et de l’âge de découverte ; cache, occlusion partielle, filtre, pénalisation optique, rééducation (post-image)... un suivi pour éviter la récidive sera nécessaire jusqu’à la fin du développement visuel (environ 12 ans).

La diplopie c’est la vision double. Les causes peuvent être diverses : ancien strabisme, paralysie d’un ou plusieurs muscles de l’œil, cause mécanique, suite à une pathologie générale…Des solutions peuvent être proposées : optique (prisme…), cache, rééducation, parfois chirurgie (par l’ophtalmologiste).

La Basse vision s’adresse aux enfants ou aux adultes malvoyants ( acuité visuelle inférieure à 3/10 et /ou avec un rétrécissement du champ visuel).

Une rééducation peut être envisagée pour favoriser les compensations du handicap et aider le patient à manipuler le matériel optique ( loupe, agrandisseur…), participer à l’élaboration d’un suivi pédagogique pour les enfants scolarisés en milieu habituel.

La réfraction consiste à déterminer la correction optique, compétence de l’orthoptiste. L’orthoptiste n’a pas le droit de prescription de verres correcteurs. Seul l’ophtalmologiste est habilité à prescrire une correction optique en lunette ou lentilles.

La contactologie ou adaptation en lentille de contact, avec l’accord de l’ophtalmologiste. La prescription médicale sera délivrée par le médecin. L’adaptation n’est pas prise en charge par l’assurance maladie (sauf cas particuliers inscrits au TIPS : myopie forte, kératocône, strabisme accommodatif, aphakie, astigmatisme irrégulier non améliorable par le port de verre correcteur). Cet acte est hors nomenclature, un forfait sera pratiqué. Seule la mutuelle peut être amenée à le prendre en charge.

Les différentes lentilles : les lentilles souples hydrophiles jetables ou traditionnelles, les lentilles rigides perméables aux gaz, permettent de corriger toutes les amétropies : myopie, hypermétropie, astigmatisme et presbytie. Les enfants et les adultes peuvent être équipés en lentilles.

Le bilan orthoptique neuro visuel : s’adresse à toute personne ayant une déficience visuelle qui compromet l’apprentissage ou la réalisation des actes essentiels à son autonomie, à des personnes atteintes de déficience visuelle liée à une pathologie oculaire ou neurologique.
Les pathologies neuro-visuelles comprennent les atteintes des voies visuelles et/ ou du système nerveux central d’origine notamment vasculaire, inflammatoire, tumorale, métabolique ou congénitale entraînant des déficits tels que des atteintes du champ visuel, l’héminégligence ou des dyspraxies visuo-spatiales…

Le bilan orthoptique neuro-visuel permet d’étudier l’organisation du système visuel sur le plan sensoriel, moteur et fonctionnel. Ce sont donc les capacités d’analyse du patient. La prise en charge sera adaptée à chacun. Le travail se fait souvent en équipe pluridisciplinaire, (orthophoniste, kinésithérapeute, psychomotricien..)

Le bilan vestibulaire s’adresse aux patients souffrant de vertige ou d’instabilités après le bilan et les examens complémentaires réalisés par le médecin ORL. Le bilan permet de tester les compensations vestibulaires, proprioceptives et visuelles et guide dans la prise en charge en rééducation. La rééducation vestibulaire s’adresse également aux sujets âgés instables pour limiter le risque de chute.

Parfois nous pouvons être amenées à travailler avec d’autres professionnels de santé : neurologue, occlusio-dentiste, médecin de rééducation fonctionnelle, psychiatre…

Le bilan postural : Les yeux ne sont pas immobiles, les mouvements des muscles des yeux permettent de fixer, de suivre un objet ou de compenser les mouvements de la tête. Ils permettent également d’estimer la verticalité. Une anomalie visuelle peut modifier la perception visuelle. Voila pourquoi les yeux sont si importants dans la posture.

On teste le patient dans des conditions d'équilibre statique et dynamique, yeux ouverts puis fermés sur une plateforme. On enregistre le déplacement du centre de pression des pieds. La posturographie mesure les déficits du trouble du tonus postural et étudie les stratégies posturales utilisées par le sujet pour préserver son équilibre. A la suite du bilan, une rééducation personnalisée peut être proposée.
Ce type de prise en charge est souvent pluridisciplinaire (médecin posturologue, kinésithérapeute, podologue..).